Origine du café

Des premiers cafés sauvages aux cafés d’aujourd’hui!

Les caféiers sauvages d’Éthiopie traversent un jour la mer rouge pour être transplantés au Yémen. Dès lors les contes des Milles et une Nuit sont pleins de références au QAHWA.

D’après la légende narrée dans le conte des Milles et une nuit, le café a été découvert entre le 6e et 9e siècle par le Berger Kaldi au Yémen, qui remarquant l’énergie inhabituelle de son troupeau après avoir mangé les fruits rouges d’un arbuste poussant abondamment dans la région, les goutta et se senti aussitôt revigoré. Il rapporta ces fruits à un imam de sa communauté qui les jeta dans le feu. Les parfums exquis provenant du feu l’incitèrent à récupérer les grains, les broyer et les mélanger à de l’eau pour en faire une boisson. Même si cette histoire n’est qu’une légende, il n’en demeure pas moins que ce sont bien les soufis du Yémen qui, les premiers, consommèrent régulièrement du café pour se maintenir éveillés pendant la prière et qui le rependirent à travers tout le Moyen-Orient. Le café devenu très rapidement populaire se répandit ensuite dans le reste du Monde.

Où est cultivé le café aujourd’hui?

Le café est cultivé sur une large bande tropicale comprise entre les tropiques du cancer et du capricorne tout autour de la planète, appelée ceinture du café. Les terroirs tout au long de cette ceinture y sont très différents. Le café, des volcans d’Hawai, des terres rouges du Brésil ou des terrasses des montagnes du Yémen n’ont rien de comparable. C’est là toute la force d’un terroir dans l’obtention d’un café d’exception à partir de deux espèces de coffea.

Deux espèces de coffea

Sur les terroirs de la ceinture tropicale, il est cultivé 2 espèces coffea parmi la dizaine de coffea les plus connus : le Coffea arabica appelé arabica et le Coffea canephora appelé Robusta.
Comme pour les vins, les cafés renferment un large éventail de saveurs selon l’espèce et selon la variété (cépages).

L’arabica

L’arabica est une plante fragile qui ne pousse qu’au-dessus de 800 mètres d’altitude dans des plantations. Les terroirs de ces plantations produisent des crus portant le plus souvent le nom de ces terroirs.

Le robusta

Le Robusta est plus robuste et plus productif, mais moins savoureux que les arabicas. Il est de qualité plus ordinaire. Comme son nom l’indique, le Robusta est résistant sauf au gel. C’est pour cela qu’il est cultivé dans les forêts entre les 2 tropiques dans les climats chauds et humides en dessous de 400 mètres d’altitude.